online discount medstore
advair diskus for sale
buy advair diskus without prescription
allegra for sale
buy allegra without prescription
aristocort for sale
buy aristocort without prescription
astelin for sale
buy astelin without prescription
atarax for sale
buy atarax without prescription
benadryl for sale
buy benadryl without prescription
buy clarinex without prescription
clarinex for sale
buy claritin without prescription
claritin for sale
buy flonase without prescription
flonase for sale
buy ventolin without prescription
ventolin for sale
amoxil for sale
buy amoxil without prescription
augmentin for sale
buy augmentin without prescription
bactrim for sale
buy bactrim without prescription
biaxin for sale
buy biaxin without prescription
buy cipro without prescription
cipro for sale
buy cleocin without prescription
cleocin for sale
buy dexone without prescription
dexone for sale
buy flagyl without prescription
flagyl for sale
buy levaquin without prescription
levaquin for sale
buy omnicef without prescription
omnicef for sale
amaryl for sale
buy amaryl without prescription
buy cozaar without prescription
cozaar for sale
buy diabecon without prescription
diabecon for sale
buy glucophage without prescription
glucophage for sale
buy glucotrol without prescription
glucotrol for sale
buy glucovance without prescription
glucovance for sale
buy micronase without prescription
micronase for sale
buy prandin without prescription
prandin for sale
buy precose without prescription
precose for sale
buy cialis professional without prescription
cialis professional for sale
buy cialis soft without prescription
cialis soft for sale
buy cialis super active without prescription
cialis super active for sale
buy cialis without prescription
cialis for sale
buy levitra without prescription
levitra for sale
buy viagra professional without prescription
viagra professional for sale
buy viagra soft without prescription
viagra soft for sale
buy viagra super active without prescription
viagra super active for sale
buy viagra super force without prescription
viagra super force for sale
buy viagra without prescription
viagra for sale
buy celebrex without prescription
celebrex for sale
buy colcrys without prescription
colcrys for sale
buy feldene without prescription
feldene for sale
buy imitrex without prescription
imitrex for sale
buy inderal without prescription
inderal for sale
buy indocin without prescription
indocin for sale
buy naprosyn without prescription
naprosyn for sale
buy pletal without prescription
pletal for sale
buy robaxin without prescription
robaxin for sale
buy voltaren without prescription
voltaren for sale

L’Homme qui voulait vivre sa vie (2010)

divulgué le 3 novembre 2010 par Miss Tics

L'homme qui voulait... sur la fin du film

Bien sûr, chacun d’entre nous a déjà rêvé de changer de vie un jour ou l’autre. Bien sûr, chacun d’entre nous s’est déjà imaginé devenir aventurier, artiste ou funambule (non? Ah…). Et, dans le meilleur des cas, on attend un déclic. Le déclic, justement, prend des allures d’électrochoc pour Paul Exben (Romain Duris), jeune avocat prometteur, marié, avec une BMW, un pavillon au Vésinet et deux gosses, qui devient responsable, vaguement malgré lui, de la mort de l’amant de sa femme. Et déclic, c’est bien le mot puisqu’il s’improvise photographe !

Ainsi, ce monsieur tout le monde “made in capitalisme” décide d’usurper l’identité du défunt et de devenir le photographe qu’il aurait sans doute voulu être. Mais lorsque se croyant anonyme au fin fond de la Hongrie, le succès artistique est au rendez-vous, il lui devient difficile de gérer cette nouvelle vie qui le dépasse. Qu’à cela ne tienne, on n’est plus à une nouvelle vie près. Et zou, Romain-Paul-Greg file vers d’autres horizons se construire une nouvelle identité sans commettre les mêmes erreurs…

Évidemment, le film a des allures de parcours initiatique, avec tout ce qui s’en suit d’épreuves cathartiques qui mènent à l’épanouissement de l’être (assassin en cavale, victime jetée par dessus bord d’un bateau comme un simple clandestin…) mais à la fin du film (on y vient, on y vient), on se plaît à penser que notre neo-photographe est heureux. En tout cas ce qui est sûr, c’est qu’il a le sourire bien plus rayonnant que dans son petit confort parisien du début.

Moralité, ami lecteur, n’attends pas de tuer l’amant de ta femme si tu as des envie d’ailleurs et botte-toi les fesses pour réaliser tes rêves. Quant à toi, amie lectrice, je t’encourage à visionner la galerie de photos sur Allocine, parce que Romain, en plus de camper à merveille le personnage, ben…on l’aime, quoi :)

Choisis ton arme et flingue la fin du film

5 réactions à “L’Homme qui voulait vivre sa vie (2010)”

  1. ChezLo pense que:

    Oui, malgré tout on l’aime bien…
    En fait tu dévoiles pas beaucoup la fin du film ! J’étais venue voir ton interprétation de la chute que beucoup trouvent trop brutale….
    [Et le beau Duris s’appelle Paul dans le film, pas David. Je trouve que Paul est un prénom que Catherine Deneuve prononce à la perfection…. je sais pas pourquoi….]

  2. Miss Tics pense que:

    Pour moi, la fin c’est surtout son bien être à lui qui s’est découvert au fur et à mesure du film après on peut tout imaginer. Le sourire qui contraste avec l’oppression du début…
    On comprend bien sûr qu’il évitera de devenir un photographe célèbre avec le nom de son ex-ennemi et le valeureux clandestin qui négocie les clichés pris par David-Greg à sa place pourrait bien devenir un prête-nom ? Je l’imagine ainsi parce que la fin est bien plus ouverte que dans le roman, à ce qui se dit.

    PS : merci pour le prénom, une petit boulette en passant ;)

  3. ffred pense que:

    Il ne pars pas en Hongrie mais au Montenegro. La fin est tout aussi ouverte que dans le livre mais tellement ridicule ! Que viennent faire ces marins et ces clandestins là dedans ?? Il fallait s’arrêter après l’incendie de la voiture et la nouvelle fuite. Dans le livre il a un accident avec le rédacteur en chef qui meure et qu’on prendra pour lui. Il est alors obligé de prendre une nouvelle identité et il s’enfuit avec la journaliste dans un autre état pour recommencer… enfin si je me souviens bien…

  4. olimagri pense que:

    Mouais ! Il y a de très bons moments, jusqu’au moment où il se débarrasse du corps de Gregoire Kremer et fait exploser son voilier. Après, ça devient totalement invraisemblable : ça oscille entre le conte de fée non assumé ( il devient un photographe célèbre en démarrant du fin fond du Monténegro !) et le parcours initiatique d’un bobo égoïste. Puis cette histoire de clandestins flanqués à la baille tombe comme un cheveu dans la soupe. Et surtout, il n y a pas de fin ! on a l’impression qu’il manque une bobine ! Rien n’est dénoué, tout reste en suspens. C’est sans doute voulu, mais je trouve cela très maladroit. Certains parlent de “fin ouverte”. J’ai eu le sentiment d’une fin “effacée”.

  5. Roland pense que:

    En effet un peu bref la fin du film.
    Je me réjouissait qu’il retrouve d’une manière ou une autre sa femme, ses enfants … mais non ca se termine sans fin réaliste, tout est encore à dire dans ce film … peut être qu’il vont faire le numéro 2 bientôt :-)

Allez, lâche ta fine remarque