online discount medstore
advair diskus for sale
buy advair diskus without prescription
allegra for sale
buy allegra without prescription
aristocort for sale
buy aristocort without prescription
astelin for sale
buy astelin without prescription
atarax for sale
buy atarax without prescription
benadryl for sale
buy benadryl without prescription
buy clarinex without prescription
clarinex for sale
buy claritin without prescription
claritin for sale
buy flonase without prescription
flonase for sale
buy ventolin without prescription
ventolin for sale
amoxil for sale
buy amoxil without prescription
augmentin for sale
buy augmentin without prescription
bactrim for sale
buy bactrim without prescription
biaxin for sale
buy biaxin without prescription
buy cipro without prescription
cipro for sale
buy cleocin without prescription
cleocin for sale
buy dexone without prescription
dexone for sale
buy flagyl without prescription
flagyl for sale
buy levaquin without prescription
levaquin for sale
buy omnicef without prescription
omnicef for sale
amaryl for sale
buy amaryl without prescription
buy cozaar without prescription
cozaar for sale
buy diabecon without prescription
diabecon for sale
buy glucophage without prescription
glucophage for sale
buy glucotrol without prescription
glucotrol for sale
buy glucovance without prescription
glucovance for sale
buy micronase without prescription
micronase for sale
buy prandin without prescription
prandin for sale
buy precose without prescription
precose for sale
buy cialis professional without prescription
cialis professional for sale
buy cialis soft without prescription
cialis soft for sale
buy cialis super active without prescription
cialis super active for sale
buy cialis without prescription
cialis for sale
buy levitra without prescription
levitra for sale
buy viagra professional without prescription
viagra professional for sale
buy viagra soft without prescription
viagra soft for sale
buy viagra super active without prescription
viagra super active for sale
buy viagra super force without prescription
viagra super force for sale
buy viagra without prescription
viagra for sale
buy celebrex without prescription
celebrex for sale
buy colcrys without prescription
colcrys for sale
buy feldene without prescription
feldene for sale
buy imitrex without prescription
imitrex for sale
buy inderal without prescription
inderal for sale
buy indocin without prescription
indocin for sale
buy naprosyn without prescription
naprosyn for sale
buy pletal without prescription
pletal for sale
buy robaxin without prescription
robaxin for sale
buy voltaren without prescription
voltaren for sale

Élève libre (2009)

divulgué le 7 février 2009 par Kinopoivre

Élève libre sur la-fin-du-film.com

Attention, éloignez les enfants et Christine Boutin, on va raconter des horreurs. Jonas (Jonas Bloquet), 16 ans, est un tel cancre qu’il ne peut même plus redoubler. Logiquement, il devrait être orienté vers un lycée professionnel, or il ne veut pas y aller. Doué pour le tennis, il irait bien dans une école de sportifs, mais il y a un examen d’entrée difficile, il n’a pas le niveau et doit étudier pour l’acquérir. Où ? Dans une école privée ? Ses parents, d’ailleurs séparés, n’ont pas les moyens.

Par chance, Pierre (Jonathan Zaccaï), un ami de sa mère, offre de s’occuper de lui. Il va l’héberger, le nourrir, superviser toutes ses études, l’emmener au théâtre, lui offrir des livres et un ordinateur, l’initier à la philosophie d’Albert Camus, bref, la vie de château. Mieux, comme Jonas a une petite amie, Delphine (Pauline Étienne), il l’incite à coucher avec elle, puis, parce que l’expérience s’est avérée peu enthousiasmante, il entreprend aussi son éducation sexuelle, avec un tas de précisions anatomiques que ma pudeur naturelle et celle propre à ce site m’interdisent de reproduire… pardon, de NOTER ici.

Pierre n’est pas le seul éducateur bénévole, un couple de ses amis participe à cette initiation sexuelle, Didier (Yannick Renier) et Nathalie (Claire Bodson). Jonas ne s’étonne de rien, pose même des questions, et, afin que le garçon sache quoi réclamer à Delphine la prochaine fois, le couple finit par lui offrir le spectacle de cette activité captivante dans laquelle l’agente s’ôte de facto la possibilité de commenter ce qu’elle fait sur le patient. Mieux, ils invitent Delphine à dîner, mais la teneur, trop libre à son gré, de la conversation, pousse la jeune fille à quitter la table et à s’enfuir. Et la prochaine rencontre de Jonas et Delphine est si peu satisfaisante que les trois adultes avancent leur pion : Jonas, auquel on a bandé les yeux (voir l’affiche du film), se laisse faire par Nathalie l’opération ci-dessus décrite, puis, discrètement, Didier remplace la jeune femme et termine la tâche si bien commencée. Lorsque Jonas a enfin atteint le septième ciel, on lui ôte son bandeau et on lui révèle le subterfuge, mais il est à peine surpris et pas du tout contrarié. Si bien que, la fois suivante, et sans le recours au moindre bandeau sur les yeux, c’est Pierre qui déguste Jonas jusqu’à la conclusion logique. Cela fait, il le prie de se retourner et lui donne la preuve de sa… euh… profonde considération, sans que le garçon proteste le moins du monde. Certes, l’opération lui arrache bien quelques plaintes, mais tu sais ce que c’est, lecteur libertin, il n’y a que le premier pas qui coûte.

Cependant, quelque temps plus tard, et à propos de tout autre chose, une dispute éclate entre eux deux, et, très énervé, Jonas déballe pour la première fois quelques griefs jusqu’ici bien dissimulés : il reproche à Pierre d’avoir « abusé » de lui. Pierre, furieux puisque jamais il ne l’a forcé, le flanque à la porte. Mais, quelques minutes après, il va le récupérer dans la rue, le ramène chez lui et impose ses conditions : désormais, on séparera le travail et le sexe. Je ne sais pas ce que ça implique vraiment, toujours est-il que, plus tard, lorsque Jonas se présente à son examen, il est reçu et offre au spectateur du film un joli sourire ravi !

Comme quoi, une éducation bien conduite par un précepteur compétent porte toujours ses fruits. Quel dommage qu’allocine.fr oublie de recommander la méthode !

Choisis ton arme et flingue la fin du film

6 réactions à “Élève libre (2009)”

  1. Stella pense que:

    Et ce n’est interdit qu’aux moins de 12 ans ??? !!! Tout fout le camp ….

  2. Kinopoivre pense que:

    Rappel de la définition célèbre :

    Vierge : fille de moins de dix ans.

    Et puis, cette petite histoire que j’adore, et qui est un dialogue entre Paul, 10 ans, et Annick, cinq ans :

    Paul. – Je viens de trouver un préservatif sur les marches du perron.
    Annick. – C’est quoi, un perron ?

  3. FredMJG pense que:

    Bon à part qu’on rigole sacrément à chaque fois qu’on lit tes fins-de-film c’est-y glauque ou pas ? Parce que bon, le shocking on peut repasser (j’ai vu irréversible sans vomir ni sortir en courant), mais comme l’histoire est culcul (euh… culnu ?) y a-t-il vraiment quelque chose d’affriolant pour l’esprit à sortir de cette lamentable histoire : jeu des acteurs (Il est comment Zaccaï), euh, bon intérêt du scénar on attend encore, enfin bref ! parce que le gamin, rien que dans la BA, je lui en collerais bien deux (tartes dans la tronche) alors… euh… bof ?

  4. Kinopoivre pense que:

    Merci de dire qu’on rigole en me lisant, parce que c’est fait pour !

    Le film procure une gêne certaine. Cependant, chez moi, pas pour des raisons morales. Plutôt parce qu’on se pose deux questions d’inégale importance : 1. le jeune garçon comprend-il où on veut l’entraîner ? et 2. à quel moment va-t-il se rebiffer ?

    À la première question, on ne sait pas. Peut-être a-t-il compris dès le début (comme le spectateur, soit dit en passant !), et accepte-t-il tout parce que c’est un roublard et un profiteur – ou peut-être est-il franchement idiot et ne voit rien venir. On ne saura jamais.

    À la seconde question, il se rebiffe bien tardivement, et cela semble un peu artificiel.

    Tout cela mis de côté, les acteurs, Zaccaï inclus, sont très bien, y compris le garçon, qui est vraiment attrayant et joue plutôt bien (il faut dire qu’il n’a pas grand-chose à faire). Le réalisateur belge Joachim Lafosse avait fait précédemment Nue propriété, qui était meilleur, et où jouait aussi Yannick Renier (pas Rénier !).

    Et je suis d’accord sur Irréversible, qui, non seulement est la pire bouse que le cinéma français ait produite, mais aussi est basé sur une idée idiote, car les temps forts sont au début, et plus on avance, plus l’intérêt décroît, au point de déboucher sur une histoire fade, digne de « Nous deux ». Et puis, cette boîte de nuit qui s’appelait « Le Rectum » !…

  5. Fred pense que:

    Beh ! Le p’tit Noé adore choquiner le chaland… et ça marche ! la preuve, tu te souviens encore du nom de la boite de nuit alors que moi je ne me rappelle que de ce brave Albert défonçant la tête d’un gars qui ne lui a rien fait à coup d’extincteur… Je le préfère quand il se bouffe des canaris le Dupontel !

  6. Kinopoivre pense que:

    Tu n’as quand même pas oublié cette délicieuse séquence de Monica Bellucci se faisant violer dans un passage souterrain ? Cela dit, comme c’était filmé en un seul plan sans la moindre coupure, il y avait là un bel exploit technique.

    (Je n’ai aucun mérite, pour avoir retenu le nom de la boîte de nuit, car j’avais écrit une note sur le film à la date de sa sortie. Ce n’est donc pas pour avoir été “choqué” que je m’en souviens, d’autant moins que je ne suis pas choquable. Les gens qui se disent choqués me font hurler de rire)

Allez, lâche ta fine remarque