online discount medstore
advair diskus for sale
buy advair diskus without prescription
allegra for sale
buy allegra without prescription
aristocort for sale
buy aristocort without prescription
astelin for sale
buy astelin without prescription
atarax for sale
buy atarax without prescription
benadryl for sale
buy benadryl without prescription
buy clarinex without prescription
clarinex for sale
buy claritin without prescription
claritin for sale
buy flonase without prescription
flonase for sale
buy ventolin without prescription
ventolin for sale
amoxil for sale
buy amoxil without prescription
augmentin for sale
buy augmentin without prescription
bactrim for sale
buy bactrim without prescription
biaxin for sale
buy biaxin without prescription
buy cipro without prescription
cipro for sale
buy cleocin without prescription
cleocin for sale
buy dexone without prescription
dexone for sale
buy flagyl without prescription
flagyl for sale
buy levaquin without prescription
levaquin for sale
buy omnicef without prescription
omnicef for sale
amaryl for sale
buy amaryl without prescription
buy cozaar without prescription
cozaar for sale
buy diabecon without prescription
diabecon for sale
buy glucophage without prescription
glucophage for sale
buy glucotrol without prescription
glucotrol for sale
buy glucovance without prescription
glucovance for sale
buy micronase without prescription
micronase for sale
buy prandin without prescription
prandin for sale
buy precose without prescription
precose for sale
buy cialis professional without prescription
cialis professional for sale
buy cialis soft without prescription
cialis soft for sale
buy cialis super active without prescription
cialis super active for sale
buy cialis without prescription
cialis for sale
buy levitra without prescription
levitra for sale
buy viagra professional without prescription
viagra professional for sale
buy viagra soft without prescription
viagra soft for sale
buy viagra super active without prescription
viagra super active for sale
buy viagra super force without prescription
viagra super force for sale
buy viagra without prescription
viagra for sale
buy celebrex without prescription
celebrex for sale
buy colcrys without prescription
colcrys for sale
buy feldene without prescription
feldene for sale
buy imitrex without prescription
imitrex for sale
buy inderal without prescription
inderal for sale
buy indocin without prescription
indocin for sale
buy naprosyn without prescription
naprosyn for sale
buy pletal without prescription
pletal for sale
buy robaxin without prescription
robaxin for sale
buy voltaren without prescription
voltaren for sale

Full metal jacket (1987)

divulgué le 28 février 2008 par Kinopoivre

Full metal Jacket sur la-fin-du-film.com

Non, ce titre sybillin ne signifie pas « gilet pare-balles », mais désigne un type de balle pour fusil, comme le dialogue te l’apprendra, lecteur qui cherche à t’instruire utilement. À l’instar d’Orange mécanique, du même réalisateur Stanley Kubrick, ce film, le meilleur jamais fait sur la guerre, adapté (par son auteur Gustav Hasford) d’un roman – dont on n’a pratiquement rien conservé – sur la guerre du Vietnam, est divisé en trois parties d’égale durée, qui racontent le curieux parcours moral d’un soldat pacifiste, Davis (joué par Matthew Modine), soldat qui pourrait être toi ou moi. Mais alors plutôt toi, si tu permets, je tiens à ma santé.

Notre pacifiste, qu’on surnomme Joker, s’est engagé dans les Marines. Comprenne qui peut. Et l’on commence logiquement par l’entraînement d’un peloton de ce corps d’élite, sans qui la civilisation ne serait pas ce qu’elle est, sous la direction du sergent Hartman, un brin sadique et qui ne s’exprime qu’en hurlant presque aussi fort que Laura Fabian dans ses bons jours. Tu noteras le souci d’authenticité, le rôle est tenu par un authentique ancien militaire, Lee Ermey, qui depuis a tourné dans pas mal de films, dont un remake de Massacre à la tronçonneuse. Rude, l’entraînement. Surtout pour la tête de Turc du sergent, un gars pas très doué, un peu rondelet, Leonard Pratt (joué par Vincent d’Onofrio), finement surnommé Gomer Pyle d’après un personnage simple d’esprit d’une série télévisée des années soixante (la version française préfère l’appeler Baleine, car nous sommes le peuple le plus spirituel de la terre).

Après en avoir bavé et s’être fait tabasser par ses compagnons de chambrée, y compris par le héros positif Joker, pour le légitime motif que son incapacité leur valait quelques punitions collectives, Pyle finit par devenir un soldat passable et recevoir les félicitations de son bourreau pour ses qualités de tireur. Qualités que, le soir de cette journée mémorable, il va mettre à profit en le flinguant dans les toilettes, avant de se tirer une balle dans la bouche.

La deuxième partie nous transporte au Vietnam, où Joker, toujours pacifiste et qui en arbore l’insigne sur son casque, est devenu journaliste aux ordres de l’État-Major, surtout chargé de donner des nouvelles fausses mais optimistes sur l’avancée de la guerre. On l’envoie en reportage dans une unité combattante, ce qui le sort de son camp et lui permet de voir quelques horreurs, dont un très joli charnier. Et même, pour la première fois depuis qu’il est au Vietnam, de porter un fusil. Là, c’est surtout un reportage sur la mentalité des boys, sur ce qu’ils pensent de la guerre, et de leurs adversaires, tenus pour des moins que rien et que, c’est son originalité, le film ne montre jamais – à une exception près, voir plus bas.

La troisième partie nous fait entrer dans le vif de la guerre : un peloton, où Joker a été incorporé malgré lui, doit retrouver un redoutable adversaire qui, caché on ne sait où, en flingue les membres les uns après les autres. Ils finissent par le dénicher : c’était une jeune fille, seule, et menue au point de faire passer Mimie Mathy pour la grande sœur de Sébastien Chabal. Ils la blessent, mais ne peuvent la ramener au camp dans cet état. Qui va donc achever cet encombrant excédent de bagages ? Tu as deviné ! C’est notre pacifiste, Joker en personne. Satisfait, le peloton rentre au camp en chantant Mickey Mouse.

Moralité, qui s’impose sans que jamais Kubrick ait eu à jouer du violon, et bonjour Oliver Stone and company : la guerre ne présente pas seulement le petit inconvénient de faire s’entretuer des gens qui n’avaient pas été présentés les uns aux autres (ce qui est du dernier grossier) et n’avaient rien demandé, elle te transforme aussi sur le plan moral, et pas à ton avantage. Évite donc d’y aller, lecteur auquel on tient tant, et va plutôt te balader sur le site d’Allocine, ce sera plus sain.

Choisis ton arme et flingue la fin du film

2 réactions à “Full metal jacket (1987)”

  1. cutter-reese pense que:

    Le seul et unique film de Kubrick que j’ai aimé !

    Très fort, très violent psychologiquement, bien glauque, un super film de guerre.

    Il y a 2 scènes que je trouve particulièrement fortes et hypnotisante:
    1) celle où les GI se font tirer comme des lapins par une snipeuse. Il y a une tension vraiment géniale. Idem quand la snipeuse, grièvement blessée demande à ce qu’on la tue.

    2) “Baleine”, pétant les plombs, dans les toilettes, regard de dingue, fusil en main.

  2. Kinopoivre pense que:

    Le seul et unique ? Dommage pour toi, ou alors tu n’as pas tout vu. Tout est extraordinaire chez Kubrick, sauf, selon moi, Eyes wide shut, qui est une pure connerie (une histoire de cocu, indigne de Kubrick).

    Le regard de Gomer Pyle dans Full metal jacket est exactement le même que celui de M. Alexander dans Orange mécanique, au moment où il comprend qu’Alex était le violeur qui a causé la mort de sa femme. Exactement aussi le même que celui de Jack Nicholson quand il devient dingue, dans The shining. D’un film à l’autre, il y a des correspondances. C’est ça, être un auteur.

Allez, lâche ta fine remarque