online discount medstore
advair diskus for sale
buy advair diskus without prescription
allegra for sale
buy allegra without prescription
aristocort for sale
buy aristocort without prescription
astelin for sale
buy astelin without prescription
atarax for sale
buy atarax without prescription
benadryl for sale
buy benadryl without prescription
buy clarinex without prescription
clarinex for sale
buy claritin without prescription
claritin for sale
buy flonase without prescription
flonase for sale
buy ventolin without prescription
ventolin for sale
amoxil for sale
buy amoxil without prescription
augmentin for sale
buy augmentin without prescription
bactrim for sale
buy bactrim without prescription
biaxin for sale
buy biaxin without prescription
buy cipro without prescription
cipro for sale
buy cleocin without prescription
cleocin for sale
buy dexone without prescription
dexone for sale
buy flagyl without prescription
flagyl for sale
buy levaquin without prescription
levaquin for sale
buy omnicef without prescription
omnicef for sale
amaryl for sale
buy amaryl without prescription
buy cozaar without prescription
cozaar for sale
buy diabecon without prescription
diabecon for sale
buy glucophage without prescription
glucophage for sale
buy glucotrol without prescription
glucotrol for sale
buy glucovance without prescription
glucovance for sale
buy micronase without prescription
micronase for sale
buy prandin without prescription
prandin for sale
buy precose without prescription
precose for sale
buy cialis professional without prescription
cialis professional for sale
buy cialis soft without prescription
cialis soft for sale
buy cialis super active without prescription
cialis super active for sale
buy cialis without prescription
cialis for sale
buy levitra without prescription
levitra for sale
buy viagra professional without prescription
viagra professional for sale
buy viagra soft without prescription
viagra soft for sale
buy viagra super active without prescription
viagra super active for sale
buy viagra super force without prescription
viagra super force for sale
buy viagra without prescription
viagra for sale
buy celebrex without prescription
celebrex for sale
buy colcrys without prescription
colcrys for sale
buy feldene without prescription
feldene for sale
buy imitrex without prescription
imitrex for sale
buy inderal without prescription
inderal for sale
buy indocin without prescription
indocin for sale
buy naprosyn without prescription
naprosyn for sale
buy pletal without prescription
pletal for sale
buy robaxin without prescription
robaxin for sale
buy voltaren without prescription
voltaren for sale

Shaun of the dead (2004)

divulgué le 12 mars 2008 par Kinopoivre

Shaun of the dead sur la-fin-du-film.com Et à la fin il gagne

Le titre de ce film d’Edgar Wright, qui joue lui-même deux petits rôles et fait une voix, est une référence phonétique à Dawn of the dead, le deuxième film de George Romero sur les morts-vivants, mais il n’est pas certain que les spectateurs français perçoivent cet écho, puisque cette pellicule avait été distribuée chez nous sous le titre passe-partout de Zombie.

En tout cas, c’était au départ une idée pas plus bête qu’une autre que de traiter sur le mode comique ce thème classique du cinéma d’horreur, mais avec des ringards en guise de personnages centraux. Comme on n’entre que très lentement dans le vif du sujet, le spectateur a le temps de se pourlécher les babouines à la progression du récit, peu occupé qu’il est à piger la situation – évidente.

En effet, les morts-vivants, qui ont envahi le patelin où vivent Shaun (joué par Simon Pegg, également co-scénariste avec le réalisateur), sa mère et son ex-petite amie Liz, ces morts-vivants, disais-je au début de cette phrase qui s’annonce interminable et dont, lecteur un peu maso, tu as certainement oublié le début, sont pris d’abord pour des pochards ou des drogués par ledit Shaun et son copain Ed le gros dégueulasse, eux-mêmes pas très frais – rappelons que nous sommes en Grande-Bretagne, où le flux de bière dépasse en volume celui de la Tamise –, de sorte qu’il leur faut un bon moment, les deux tiers du film, pour comprendre ce qui se passe, au moment où les morts-vivants se mettent à boulotter les vivants, condition nécessaire s’ils veulent rester morts. Ou vivants. Je ne sais plus, il faudrait vérifier le concept auprès de son inventeur George Romero…

L’histoire, très classique mis à part ce quiproquo de départ et sans lequel il n’y aurait pas de film, montre donc le combat entre les vivants qui ne veulent pas mourir et les morts-vivants qui s’en fichent vu qu’ils sont déjà morts, mais qu’il faut quand même tuer en les décapitant (ça va, tu suis ? Je sens que l’histoire se clarifie au fur et à mesure qu’avance le présent compte-rendu), et culmine durant la bagarre dans le pub entre les vivants assiégés et les zombies, sur une chanson de Queen, Don’t stop me now (la plus belle de toutes, extraite de Jazz, en 1978). Ensuite, évidemment, lorsque Shaun est obligé de tirer une balle dans la tête de sa propre mère devenue zombie, on rit un peu moins, et la scène du dépeçage de David est sans doute de trop, puisque la parodie oublie qu’elle est censée faire rire seulement. Si elle veut être une parodie. Que sinon, le film est raté. Donc il l’est.

Sur le plan anecdotique, et mis à part ce matricide (« Péché véniel », me souffle mon ami Poil-de-Carotte dans mon oreillette), tout va bien, merci. Ed, cru mort, ne l’est pas et retourne à ses jeux vidéos, ce qui prouve aux sceptiques inguérissables qu’il n’existe rien de nouveau sous le Soleil, et pourtant nous sommes en Grande-Bretagne. Même la morale est sauve à peu de frais, puisque Shaun et Liz renouent sans que le premier ait eu à envoyer un SMS sur le modèle « Si tu reviens j’annule tout ».

Sur le plan sociologique, c’est encore mieux, l’épilogue redresse la barre en laissant entendre que les jeux télévisés de l’ère post-zombie sont, eux aussi, peuplés d’êtres pas beaucoup plus humains que les morts-vivants éliminés par l’Armée. Le film est britannique, bien entendu. Mais cela, tu l’avais compris, lecteur finaud et qui a consulté la page adéquate sur Allociné.

Choisis ton arme et flingue la fin du film

12 réactions à “Shaun of the dead (2004)”

  1. val pense que:

    Un film tout simplement culte. Les scènes en rapport avec le juke-boxe sont toutes énormes. Simon Pegg est un génie !
    *comment ça je suis fan ?!*

  2. Kinopoivre pense que:

    « Culte » ? Moi, je suis athée…

    Blague à part, un film-culte n’est pas un film auquel on voue un culte. En anglais, le mot « cult » veut aussi dire « secte ». L’expression désigne un film qui N’A EU AUCUN SUCCÈS lors de sa sortie, mais qui a trouvé une poignée de défenseurs pour se le passer et repasser en privé, et qui ont fini par l’imposer aux distributeurs, notamment avec un certain harcèlement sur Internet. Au point que le film a enfin gagné une certaine réputation.

    Par exemple, « Le père Noël est une ordure » n’est pas un film-culte, car il a eu du succès dès le début. En revanche, « The Rocky Horror picture show », si.

  3. L'arche pense que:

    et, j’ai dû raté quelque chose, mais qui est David (à part celui qui se fait dépecer …) ?

  4. Kinopoivre pense que:

    C’est celui qui se fait dépecer, tu as tout compris.
    (Oui, j’ai vu le film il y a quatre ans, et depuis, il en a coulé, de la bière, sous les ponts de la Tamise).

  5. Julien pense que:

    David, c’est celui qui ressemble à harry potter et qui se croit toujours plus malin que le héros, quant à Ed, désolé les gars mais il est bel et bien mort. Son pote Shaun l’a gardé en zombie pour continuer à jouer à tekken à 2, mais Ed en cadavre pue tellement qu’il est obligé de le remiser dans la cabane du jardin. Autant de raisons supplémentaires de voir ce chef d’oeuvre, m’est avis.

  6. Julien pense que:

    >julien : et aussi, ce serait pour Shaun un aveu devant sa dulcinée qu’il n’a pas tant changé que ça, toujours à passer son temps devant la console comme un …zombie.

  7. Kinopoivre pense que:

    Eh ben… Riche idée que j’ai eu de raconter ce navet ! Il va bientôt tourner au film-culte. Pour la définition du film-culte, voir plus haut.

  8. nonizukat pense que:

    moi j’en sais rien, j’avais vraiment adoré… t’es dur, là ^^

  9. Kinopoivre pense que:

    Ils sont bizarres, ces commentaires : “génie”, “culte”, “adoré”. C’est du cinéma, ou de la religion ? Hé, les gars, revenez sur Terre, c’est seulement un film ! Un machin fabriqué pour gagner de l’argent. Pas de quoi se mettre à genoux devant l’écran.

  10. mangesonpoing pense que:

    Il ne devrait pas y avoir une certaine objectivité sur ce site? On dirait que l’auteur résume et spoile mal les films qu’il n’a pas aimé de sorte qu’il ait l’air bien nul pour qui ne l’a pas vu. Shaun of the dead est en effet une parodie de Down of the dead, mais ne l’empêche pas d’être un vrai film de zombie où on sacrifie sa mère zombie et on dépèce un personnage secondaire. Finalement, je seconde Julien pour sa compréhension du film et de sa finale.

  11. Julien pense que:

    @mangesonpoing : c’est la liberté de ton :) Kinopoivre n’a pas aimé, c’est clair. Dire qu’il le spoile mal, c’est à chacun d’en juger. C’est le jeu du “premier arrivé, premier servi”, voilà pourquoi j’ai spoilé à ma sauce le film dans les commentaires.
    Cela étant, je dois avouer qu’aux 3èmes et 4èmes visions (à quelques mois d’intervalle, bien sûr), mon enthousiasme était retombé.

  12. Kinopoivre pense que:

    Qui décrète qu’on DOIT être objectif ? La Bible ? Le Code pénal ? Nous ne faisons pas des rapports de gendarmerie. On peut faire de l’humour avec les films mineurs, or c’en est un : il est visiblement conçu comme une vaste farce.
    Quant à dire que je n’ai pas aimé, ce n’est qu’une hypothèse : j’ai affirmé que le film était raté, pas que je ne l’ai pas aimé. Seulement, je le prends pour ce qu’il est.

    (Au fait, ce n’est pas une parodie de Down of the dead, mais de Dawn of the dead. Et mes erreurs, si bien corrigées par Julien, viennent de ce que j’avais vu le film très longtemps auparavant et qu’il n’est pas vraiment inoubliable)

Allez, lâche ta fine remarque