online discount medstore
advair diskus for sale
buy advair diskus without prescription
allegra for sale
buy allegra without prescription
aristocort for sale
buy aristocort without prescription
astelin for sale
buy astelin without prescription
atarax for sale
buy atarax without prescription
benadryl for sale
buy benadryl without prescription
buy clarinex without prescription
clarinex for sale
buy claritin without prescription
claritin for sale
buy flonase without prescription
flonase for sale
buy ventolin without prescription
ventolin for sale
amoxil for sale
buy amoxil without prescription
augmentin for sale
buy augmentin without prescription
bactrim for sale
buy bactrim without prescription
biaxin for sale
buy biaxin without prescription
buy cipro without prescription
cipro for sale
buy cleocin without prescription
cleocin for sale
buy dexone without prescription
dexone for sale
buy flagyl without prescription
flagyl for sale
buy levaquin without prescription
levaquin for sale
buy omnicef without prescription
omnicef for sale
amaryl for sale
buy amaryl without prescription
buy cozaar without prescription
cozaar for sale
buy diabecon without prescription
diabecon for sale
buy glucophage without prescription
glucophage for sale
buy glucotrol without prescription
glucotrol for sale
buy glucovance without prescription
glucovance for sale
buy micronase without prescription
micronase for sale
buy prandin without prescription
prandin for sale
buy precose without prescription
precose for sale
buy cialis professional without prescription
cialis professional for sale
buy cialis soft without prescription
cialis soft for sale
buy cialis super active without prescription
cialis super active for sale
buy cialis without prescription
cialis for sale
buy levitra without prescription
levitra for sale
buy viagra professional without prescription
viagra professional for sale
buy viagra soft without prescription
viagra soft for sale
buy viagra super active without prescription
viagra super active for sale
buy viagra super force without prescription
viagra super force for sale
buy viagra without prescription
viagra for sale
buy celebrex without prescription
celebrex for sale
buy colcrys without prescription
colcrys for sale
buy feldene without prescription
feldene for sale
buy imitrex without prescription
imitrex for sale
buy inderal without prescription
inderal for sale
buy indocin without prescription
indocin for sale
buy naprosyn without prescription
naprosyn for sale
buy pletal without prescription
pletal for sale
buy robaxin without prescription
robaxin for sale
buy voltaren without prescription
voltaren for sale

Témoin à charge (1957)

divulgué le 5 juin 2008 par Kinopoivre

Témoin à charge sur la-fin-du-film.comEt à la fin il meurt

Ce film de Billy Wilder date de 1957, et il est tiré d’une nouvelle d’Agatha Christie portant le même titre. À Londres, Leonard Vole (Tyrone Power) est soupçonné d’avoir assassiné une veuve riche et âgée, qui, par le plus grand des hasards, venait justement de faire un testament en sa faveur. Il a besoin d’un avocat talentueux, car les apparences sont contre lui, son alibi étant aussi solide que les convictions trotskystes de madame de Fontenay.

Justement, sir Wilfrid Robarts (Charles Laughton) s’ennuie : cet avocat célèbre a dû délaisser le barreau à la suite d’un infarctus, mais la Cour lui manque. Il faut dire qu’en dépit de la surveillance exercée par son infirmière miss Plimsoll (Elsa Lanchester), il fait d’énormes entorses au régime sévère qu’il devrait suivre, boit du whisky, fume le cigare en cachette (pour les femmes, un doute subsiste : nous sommes en Angleterre, et sir Wilfrid a dû faire ses études dans une high scool), et ne prend pas au sérieux ses médicaments.

L’accusé, Vole, est marié à Christine (Marlene Dietrich), une Allemande qu’il a connue à Berlin à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, et compte sur son témoignage pour être innocenté. Or Christine, belle mais aussi chaleureuse que la banquise, vient témoigner que l’heure à laquelle son mari est rentré à la maison n’est pas celle qu’il prétend, donc il a pu tuer la veuve. Vole est à deux doigts d’être condamné à la pendaison.

Or, le soir même, sir Wilfrid reçoit un coup de téléphone : une femme mystérieuse affirme détenir des lettres prouvant que Christine n’a jamais divorcé de son mari berlinois, qu’elle est donc bigame, et qu’elle a menti pour envoyer Vole à la potence afin de s’en débarrasser. L’avocat achète les lettres et les produit à l’audience. Scandale ! Christine a menti, Christine a épousé Vole pour obtenir un visa d’immigration en Grande-Bretagne, Christine a chargé son second mari pour le faire condamner, Christine inspire autant de sympathie qu’une carie dentaire, DONC ledit mari est innocent. Et voilà Leonard Vole acquitté, puisque le seul témoin à charge est une menteuse, bigame, intéressée, infidèle, traîtresse et on en oublie. C’est tout juste si elle n’a pas poignardé Marat dans sa baignoire (la baignoire de Marat). Vole est aussitôt libéré.

Mais, le procès terminé, une conversation entre Christine et l’avocat qui vient de la confondre en public révèle le pot-aux-roses : les lettres étaient fausses, c’est Christine qui les a fabriquées à seule fin de ruiner sa propre réputation et de faire acquitter Leonard, dont : 1. elle est raide dingue, et 2. elle est bien placée pour savoir qu’il était vraiment coupable du crime ! Dévouement conjugal touchant au sublime, penses-tu, lecteur, et tu as raison. Une femme comme ça, tu en rencontres une, tu places illico tes gosses à la DDASS.

Oui mais voilà, Leonard, tiré d’affaire, laisse tomber sa femme, l’ingrat, car il en a rencontré une autre plus jeune, et s’apprête à partir avec elle sous les Tropiques avec l’argent dont il hérite. L’apprenant, Christine l’abat… et c’est elle qui a maintenant autant besoin d’un avocat qu’un cinéphile a besoin d’Allocine. Justement, sir Wilfrid recommençait à s’ennuyer !

Choisis ton arme et flingue la fin du film

2 réactions à “Témoin à charge (1957)”

  1. clarice pense que:

    ….Ehhhhhhh ! Mais au final, qui a tué la veuve !?

  2. clarice pense que:

    Ah, ok, autant pour moi, j’ai pas vu le “bien placée pour savoir qu’il etait le coupable”.
    Je m’incline bien bas et me confonds en excuses, je ne suis qu’un scarabée parmis les scarabées, pardonnez moi, Votre Divine Splendeur.

Allez, lâche ta fine remarque