online discount medstore
advair diskus for sale
buy advair diskus without prescription
allegra for sale
buy allegra without prescription
aristocort for sale
buy aristocort without prescription
astelin for sale
buy astelin without prescription
atarax for sale
buy atarax without prescription
benadryl for sale
buy benadryl without prescription
buy clarinex without prescription
clarinex for sale
buy claritin without prescription
claritin for sale
buy flonase without prescription
flonase for sale
buy ventolin without prescription
ventolin for sale
amoxil for sale
buy amoxil without prescription
augmentin for sale
buy augmentin without prescription
bactrim for sale
buy bactrim without prescription
biaxin for sale
buy biaxin without prescription
buy cipro without prescription
cipro for sale
buy cleocin without prescription
cleocin for sale
buy dexone without prescription
dexone for sale
buy flagyl without prescription
flagyl for sale
buy levaquin without prescription
levaquin for sale
buy omnicef without prescription
omnicef for sale
amaryl for sale
buy amaryl without prescription
buy cozaar without prescription
cozaar for sale
buy diabecon without prescription
diabecon for sale
buy glucophage without prescription
glucophage for sale
buy glucotrol without prescription
glucotrol for sale
buy glucovance without prescription
glucovance for sale
buy micronase without prescription
micronase for sale
buy prandin without prescription
prandin for sale
buy precose without prescription
precose for sale
buy cialis professional without prescription
cialis professional for sale
buy cialis soft without prescription
cialis soft for sale
buy cialis super active without prescription
cialis super active for sale
buy cialis without prescription
cialis for sale
buy levitra without prescription
levitra for sale
buy viagra professional without prescription
viagra professional for sale
buy viagra soft without prescription
viagra soft for sale
buy viagra super active without prescription
viagra super active for sale
buy viagra super force without prescription
viagra super force for sale
buy viagra without prescription
viagra for sale
buy celebrex without prescription
celebrex for sale
buy colcrys without prescription
colcrys for sale
buy feldene without prescription
feldene for sale
buy imitrex without prescription
imitrex for sale
buy inderal without prescription
inderal for sale
buy indocin without prescription
indocin for sale
buy naprosyn without prescription
naprosyn for sale
buy pletal without prescription
pletal for sale
buy robaxin without prescription
robaxin for sale
buy voltaren without prescription
voltaren for sale

99F (2007)

divulgué le 3 octobre 2007 par Tem

99F sur La fin du film

Oh la tâche difficile qui s’offre à moi, non seulement ce film comporte 2 fins, mais en plus il se spoile tout seul puisque dès le début on nous balance la conclusion. Vous n’avez rien compris à ce que je viens de dire? C’est pas grave, j’explique :

Octave (Jean Dujardin) est un publicitaire cocaïné, un sale type qui dès le début du film saute du haut de la tour des bureaux de la Ross & Witchcraft tellement il ne s’aime plus. Ceci est le début ET la fin du film.

Mais je ne serais pas un honnête fin-de-filmeur si je ne racontais pas comment il en est arrivé là.

La fin numéro 1 est la suivante. Après avoir été jeté par sa petite amie Sophie (il l’a mise enceinte et lui a dit qu’il préfèrait rester amis), Octave fait une overdose de coke (la drogue, pas la boisson), il part à l’hôpital et à son retour s’envole à Miami pour tourner une pub pour du yaourt (ou yogourt, cher Taulier fais ton choix). Là-bas, après le tournage, il prend un cachet d’ecstasy et dans son délire il tue plusieurs personnes au volant de son cabriolet. De retour en France, lors de la fête célébrant son nouveau poste (Marc, son Directeur de Création s’est suicidé et Charlie, son partenaire, a accepté le job pour eux deux), il apprend que Sophie s’est suicidée avec Marc et que la police le recherche pour les meurtres commis aux USA. Octave monte sur le toit et saute.

A l’écran s’affiche : “Vous faites partie d’une projection test, voici la seconde fin. Indiquez votre fin préférée à la sortie.”

Et donc, fin numéro 2. En fait, le trip à l’ecsta est une hallu, il s’est évanoui au volant et s’est simplement vomi dessus. De retour en France il s’arrange pour faire diffuser une version subversive de la pub pour le yaourt et disparait de la circulation en partant vivre dans la jungle sud-américaine. Après quelques déboires (moustique, tourista, toussa…) il est recueilli par une tribu. Alors qu’il cueille des fruits, un bateau accoste et Sophie le rejoint avec leur fille. Embrassades, zoom arrière, quelques effets nous montrent la scène retouchée avec “un célèbre logiciel de retouche photo” puis un mouvement de caméra nous fait comprendre qu’en fait Octave est en train de regarder un panneau publicitaire pendant sa chute. Retour à l’écrasade départ (tout ça n’était-il qu’un fantasme de dernière minute?).

Si tu veux savoir ce qui arrive quand on donne de la coke à un hamster, va faire un tour au ciné, en attendant tu peux toujours aller sur Allocine pour avoir un aperçu (sans cocaïne) du film.

Choisis ton arme et flingue la fin du film

7 réactions à “99F (2007)”

  1. fabien pense que:

    je vais relire le livre !
    le film a l’air fidèle dans les grandes lignes , meme si il n’est pas question de suicide a la fin

  2. Mahie pense que:

    Bah franchement, dit comme ça, ça donne pas envie…

  3. jerome pense que:

    Un critique à cette chance innouie de ne pas avoir besoin de payer sa place de cinéma, ou tout du moins cette place lui est remboursée. Il n’a à subire, au plus qu’une perte de temps, et un ennuie profond tres souvant benefique puisque c’est alors l’occasion d’une sièste meritée…

    99 F n’est pas un film qui fait dormir et c’est déjà ça. 99 F n’est pas un film sans queue ni tête non non des queues nous en avons vu… de la tête ? c’est une autre histoire…

    pour 99 F il y’a des seins, des fausses ejaculations des faux vomis de la scatophilie de la drogue… en d’autre mot du lourd et du volgaire…

    Une fin qui n’en est pas une, un début qui est une fin… si le generique de fin etait celui qui passe au début nous sortirions grandi et surtout rapidement ce qui serait pas si mal…

    Film sur la pub avec de vrai morceau de pub dedant… Darty, Quick “Madone” comprenez Danone) spécialiste des yaourts gros vilain qui veux ecouler la “cam” en faisant “Jouir la ménagère”

    Certain diront (j’en ai entendu) “c’est bien au moins ca montre l’envers du decor là on voi comment ca se passe”

    c’est tellement gros tellement vulgaire (la scene du hero qui vomi sur une copine dans la baignoire est particulièrement inregardable tout comme le reste du film ceci dit) c’est trach c’est hard

    Vous me direz, a la base c’est Beigbeder, ceci doit donc sans doute expliquer cela. Vous vouliez dire “il connait son métier donc il sait de quoi il parle”… ha bon ? moi je dirais il crache dans la soupe et c’est pas beau.

    le réalisateur est un realisateur publicitaire … ca se voit ! domage…. trop de fioriture tue la fioriture trop de vulgaire tue le vulgaire (quoi que…)

    99 F aura sans doute tué 99 F … domage ? pas si sur…

    Ma Note : 5/20 juste pour l’actrice qui joue le rôle de Sophie)

  4. FX pense que:

    Énorme ce film. j’ai adoré! Il est très spécial, soit on aime soit on déteste. le style est très particulier. les personnages naviguent entre fantasmes gores et overdoses de coke. Bref c’est osé et ca nous montre une certaine réalité: derrière les paysages paradisiaques des pubs se cachent des industries sans pitié.

  5. Kinopoivre pense que:

    Les gars, lisez plutôt Naomi Klein. Elle a tout dit sur la pub. Le bouquin s’appelle “No logo”, et il vaut moins de 99 francs.

  6. etienne pense que:

    vous savez les œuvres d’arts sont souvent incomprises et critiqué .
    C’est bien plus tard que l’on se rend compte du génie du créateur .
    une page a été tourné une nouvelle réalité doit faire fasse et un perpétuel conflits entre les moderne et les ancien et inévitable

    . je me présente j ai 18 an je suis apprentis comédien, je n’ai donc pas le même statu, la même importance social, le même savoir ni la même expérience qu’un attaché de presse ou qu’un critique. mais je pense cependant que mon point de vu a la même valeur car si un film fait sont apparition c’est pour tout les publics .

    malgré le coté gore du film que je trouve au contraire justifié (il faut choqué marqué le spectateur pour qu’il se souvienne et qu’il analyse plus attentivement les éléments de l’histoire.et les outils utiliser pour cette effet sont juste et justifié ceci dès le départ: le vomis par ex est un des éléments qui nous démontre ce coté anti-héros du personnage car il ne suffit pas d’annoncer un trait pour nous qu’il nous touche il faut en effet le tracer ) il y a une réelle poésie,la beauté du désespoir,un réel point de vu ici kounen bouleverse les codes. nous public somme déstabiliser, chaque éléments a sont importance . on nous fait rêvé, espéré on nous choque on nous contraries, on nous cultive et nous ouvres l”esprit . n’est ce pas pour cela que l’art existe.

    je cite :”pour 99 F il y’a des seins, des fausses ejaculations des faux vomis de la scatophilie de la drogue… en d’autre mot du lourd et du volgaire…c’est tellement gros tellement vulgaire (la scene du hero qui vomi sur une copine dans la baignoire est particulièrement inregardable tout comme le reste du film ceci dit) c’est trach c’est hard” vous n’êtes pas un peu “chochotte” sur les bord . excuser moi, mon but n’est pas de vous insulter ni de vous humilié ni de dévalorisé votre jugement mais merde ouvré vos volet regarder par la fenêtre aller dans la rue en d autres termes sorte la tête du bocal monsieur .tout ceci n’est que le calque de ce qui ce passe la! ,sous nos yeux, c’est du concret . la dure réalité ?! et en y réfléchissant bien le cinéaste tout au long du film nous montre et nous donne les clef pour analysé et comprendre son œuvre c’est donc surement une de ces raison pour lequel le film peut nous semblé être réaliser a la façon d’une pub.
    ce film ma permis de voir un autre J.dujardin.
    et si je doit dire une dernière chose c’est : MERCI

    ma note 19,99/20 (une histoires de markéting)

    titou.

  7. Simon pense que:

    J’ai personnellement adoré ce film. Bien sûr, on le comprend mieux si on lit le bouquin avant. Sa nous permet de mieux comprendre les paradoxes propres à Octave, le héros. Dans le livre, Beigbeder assume ses paradoxes (principalement de dénoncer tout en profitant de la main qui le nourrit). En cela, le film respecte bien l’esprit du livre. Le film se veut choquant, pour mieux dénoncer l’envers du décor de la publicité, mais n’est jamais manichéen, seulement un peu pessimiste.
    Pour la performance de Dujardin, pour son décalage, sa noirceur et son atroce réalisme, et en hommage a Jocelyn Quivrin (Charlie), récemment décédé : un film a voir ab-so-lu-ment !

Allez, lâche ta fine remarque