online discount medstore
advair diskus for sale
buy advair diskus without prescription
allegra for sale
buy allegra without prescription
aristocort for sale
buy aristocort without prescription
astelin for sale
buy astelin without prescription
atarax for sale
buy atarax without prescription
benadryl for sale
buy benadryl without prescription
buy clarinex without prescription
clarinex for sale
buy claritin without prescription
claritin for sale
buy flonase without prescription
flonase for sale
buy ventolin without prescription
ventolin for sale
amoxil for sale
buy amoxil without prescription
augmentin for sale
buy augmentin without prescription
bactrim for sale
buy bactrim without prescription
biaxin for sale
buy biaxin without prescription
buy cipro without prescription
cipro for sale
buy cleocin without prescription
cleocin for sale
buy dexone without prescription
dexone for sale
buy flagyl without prescription
flagyl for sale
buy levaquin without prescription
levaquin for sale
buy omnicef without prescription
omnicef for sale
amaryl for sale
buy amaryl without prescription
buy cozaar without prescription
cozaar for sale
buy diabecon without prescription
diabecon for sale
buy glucophage without prescription
glucophage for sale
buy glucotrol without prescription
glucotrol for sale
buy glucovance without prescription
glucovance for sale
buy micronase without prescription
micronase for sale
buy prandin without prescription
prandin for sale
buy precose without prescription
precose for sale
buy cialis professional without prescription
cialis professional for sale
buy cialis soft without prescription
cialis soft for sale
buy cialis super active without prescription
cialis super active for sale
buy cialis without prescription
cialis for sale
buy levitra without prescription
levitra for sale
buy viagra professional without prescription
viagra professional for sale
buy viagra soft without prescription
viagra soft for sale
buy viagra super active without prescription
viagra super active for sale
buy viagra super force without prescription
viagra super force for sale
buy viagra without prescription
viagra for sale
buy celebrex without prescription
celebrex for sale
buy colcrys without prescription
colcrys for sale
buy feldene without prescription
feldene for sale
buy imitrex without prescription
imitrex for sale
buy inderal without prescription
inderal for sale
buy indocin without prescription
indocin for sale
buy naprosyn without prescription
naprosyn for sale
buy pletal without prescription
pletal for sale
buy robaxin without prescription
robaxin for sale
buy voltaren without prescription
voltaren for sale

L’autre (1972)

divulgué le 31 juillet 2007 par Kinopoivre

L'autre sur La fin du film

Alors c’est l’histoire d’un mec. Ou plutôt de deux. Et comme ils sont jumeaux, chacun est « l’autre » de l’autre, histoire de justifier le titre. Jusqu’ici, normalement, tu me suis. Il faut pourtant qu’on te dise qu’ils ont vingt-deux ans. À eux deux. Façon tordue de faire comprendre qu’ils ont onze ans chacun. Toujours aussi normalement, tu t’attends à deux petits gars mignons tout plein, qui prennent le matin leur Ricoré en famille, dans le jardin s’il fait beau. Mais non ; d’abord, parce qu’ils ne bouffent pas de Ricoré dans le Connecticut (enfin, je suppose ; jamais fichu les pieds dans le coin) ; ensuite, parce que ça se passe en 1935.

On comprend très vite que quelque chose ne va pas, car leur famille connaît un taux de mortalité légèrement supérieur à celui enregistré à Bagdad depuis que les Yankees y ont apporté la civilisation. Futé comme tu l’es, sinon tu ne serais pas là à glander devant ton écran en faisant semblant de consulter les cours de la bourse, tu as pigé que l’assassin est l’un des deux morpions. Et cultivé comme tu l’es (sinon tu serais en train de glander plutôt sur le blog d’Assouline, qui a un bien meilleur PageRank), tu seras ravi d’apprendre, d’une part, qu’il se prend pour son frère comme Norman Bates se prenait pour sa mère (Psychose), lequel frère, en fait, est mort le jour de son onzième anniversaire en voulant tuer un chat (ce maladroit est tombé dans le puits où il voulait balancer le matou, avoue que c’est ballot) ; et, d’autre part – oui, cette phrase commence à être un peu longue, et on se demande si elle aura une fin, elle aussi –, d’autre part, il s’inspire du type qui avait enlevé le bébé de Charles Lindbergh, l’aviateur et sympatisant nazi que tu sais. Si bien que, à son tour, il enlève le bébé de sa sœur aînée, et le noie dans un tonnelet d’alcool. Gag.

La fin est grandiose, et tu DOIS l’adorer, lecteur, sans ça on te retire le bonjour : la grand-mère du gamin comprend tout (il faut dire qu’elle est russe, et l’âme slave, c’est fou, ça a des accointances avec le surnaturel). Elle décide d’arrêter les frais et de tuer son petit-fils en fichant le feu à la grange, où il joue. La grange brûle, la grand-mère meurt, mais le gosse en réchappe. Quand on te dit qu’il est diabolique. Il va pouvoir continuer à trucider ses semblables, si l’on peut dire. Youkaïdi.

Si tu veux connaître la marque de l’alcool dans lequel le polisson noie sa parente, va faire un tour sur Allocine, nous on a de la morale, on fait pas de pub. La pub, c’est le Mal.

Choisis ton arme et flingue la fin du film

Allez, lâche ta fine remarque