online discount medstore
advair diskus for sale
buy advair diskus without prescription
allegra for sale
buy allegra without prescription
aristocort for sale
buy aristocort without prescription
astelin for sale
buy astelin without prescription
atarax for sale
buy atarax without prescription
benadryl for sale
buy benadryl without prescription
buy clarinex without prescription
clarinex for sale
buy claritin without prescription
claritin for sale
buy flonase without prescription
flonase for sale
buy ventolin without prescription
ventolin for sale
amoxil for sale
buy amoxil without prescription
augmentin for sale
buy augmentin without prescription
bactrim for sale
buy bactrim without prescription
biaxin for sale
buy biaxin without prescription
buy cipro without prescription
cipro for sale
buy cleocin without prescription
cleocin for sale
buy dexone without prescription
dexone for sale
buy flagyl without prescription
flagyl for sale
buy levaquin without prescription
levaquin for sale
buy omnicef without prescription
omnicef for sale
amaryl for sale
buy amaryl without prescription
buy cozaar without prescription
cozaar for sale
buy diabecon without prescription
diabecon for sale
buy glucophage without prescription
glucophage for sale
buy glucotrol without prescription
glucotrol for sale
buy glucovance without prescription
glucovance for sale
buy micronase without prescription
micronase for sale
buy prandin without prescription
prandin for sale
buy precose without prescription
precose for sale
buy cialis professional without prescription
cialis professional for sale
buy cialis soft without prescription
cialis soft for sale
buy cialis super active without prescription
cialis super active for sale
buy cialis without prescription
cialis for sale
buy levitra without prescription
levitra for sale
buy viagra professional without prescription
viagra professional for sale
buy viagra soft without prescription
viagra soft for sale
buy viagra super active without prescription
viagra super active for sale
buy viagra super force without prescription
viagra super force for sale
buy viagra without prescription
viagra for sale
buy celebrex without prescription
celebrex for sale
buy colcrys without prescription
colcrys for sale
buy feldene without prescription
feldene for sale
buy imitrex without prescription
imitrex for sale
buy inderal without prescription
inderal for sale
buy indocin without prescription
indocin for sale
buy naprosyn without prescription
naprosyn for sale
buy pletal without prescription
pletal for sale
buy robaxin without prescription
robaxin for sale
buy voltaren without prescription
voltaren for sale

Batman - The dark knight (2008)

divulgué le 3 août 2008 par Kinopoivre

Batman - The Dark Night sur la-fin-du-film.comEt à la fin il meurt (pas Batman, rassure-toi)

Comme ce sixième long-métrage des aventures de Batman, réalisé par Christopher Nolan, dure deux heures et vingt-trois minutes, il est si riche en péripéties et en dialogues que ma camarade Schéhérazade herself déclarerait forfait. On va donc méchamment résumer – pour une fois, diront les mauvaises langues.

Il se trouve que le principal personnage n’est pas Batman (Christian Bale, qui a peu d’occasions ici de déployer son talent) ! Étonnement de ta part, lecteur batmanophile. L’histoire est en effet dominée par le Joker (Heath Ledger), qu’on ne verra plus sous cet aspect puisque l’interprète est décédé, et par le procureur de Gotham-City, Harvey Dent (Aaron Eckhart). Le Joker, dont la devise est « Ce qui ne vous tue pas vous rend encore plus bizarre », et qui adore voir les gens se battre entre eux, commence par dévaliser une banque où la pègre de Gotham-City cache son argent, et incite ses complices à s’entretuer. Bien sûr, il reste le seul survivant ! Puis il propose à ceux qu’il a dévalisés de les débarrasser aussi de Batman, en échange de la moitié de l’argent qui leur reste, ce qu’évidemment les affreux refusent. Le Joker promet alors de tuer chaque jour un habitant de la ville tant que Batman ne se sera pas démasqué. À mon avis, il lui en veut.

C’est justement l’époque où le nouveau procureur, Harvey Dent, officie à Gotham, promettant aux citoyens de réduire à néant le banditisme ; comme qui dirait, de nettoyer la ville au Kärcher. Il manque d’ailleurs d’être tué en plein tribunal par un témoin mafieux du procès d’un chef de la pègre, qui a pris sur lui l’accusation de son chef, probablement contre une solide compensation – et ledit chef est ainsi libéré. En prime, Dent se méfie… de la police, on se demande bien pourquoi, vu qu’il n’y a pas plus intègre qu’un flic étatsunien : comme tu vois, lecteur au sens civique pointilleux, il n’y a pas qu’en France que la justice est aussi efficace que la police, et se couvre de gloire.

Or Bruce Wayne, riche industriel dont seul le lecteur qui a vécu toute sa vie sur Mars ignore que c’est Batman, se demande si on peut faire confiance à ce nouveau proc’, d’autant plus que ledit est en couple avec Rachel (Maggie Gyllenhaal), l’ex-petite amie du Chevalier de la Nuit – celui du titre, surnom de Batman, et je soupçonne un jeu de mots sur knight et night, vu l’ambiance nocturne de tout le film. Mais Dent parvient à se faire un ami de Bruce, enfin convaincu que le procureur est sincère et capable, et qui offre de lancer une souscription pour réunir des fonds afin de soutenir son action. Les pontes de la pègre, bien qu’avertis par leurs espions dans la police, sont tous arrêtés après avoir été dénoncés… mais le juge qui les condamne est assassiné par le Joker. Mieux, un journal annonce que la prochaine victime sera le maire. Effectivement, durant une cérémonie, un membre de la garde d’honneur tire sur le maire, mais le lieutenant Gordon s’interpose et prend la balle à sa place, alors que le tireur, qui n’était autre que le Joker, est arrêté.

Mais arrêtons les détails, et sautons à l’essentiel : il se trouve que Dent se met à pédaler dans la choucroute, parce que Rachel a été tuée, et parce qu’il a été défiguré par un incendie allumé par le Joker. Il passe ainsi dans le mauvais camp, et se met à tuer des gens. Voilà donc deux méchants en lice – comme dans L’incroyable Hulk, quel hasard –, et qui vont faire pas mal de dégâts. Mais c’est bien le Joker qui a les meilleures idées. Je te donne un exemple, pour que tu en profites en cas de besoin. Deux ferries quittent Gotham-City, mais tombent en panne au large, et la voix du Joker avertit les passagers par haut-parleur : sur chaque bateau se trouve un détonateur caché, et les navires sont bourrés d’explosifs. Le détonateur du bateau A peut faire sauter le bateau B, et vice-versa. Si aucun des deux bateaux n’a réussi à faire sauter l’autre avant minuit, ils sauteront tous les deux ! Inventif, non ? Ils devraient essayer ça sur France 3, pour Intervilles. Le Joker fait aussi sauter l’hôpital où Dent était soigné (rassure-toi lecteur au cœur sensible, il en réchappe, quoique provisoirement), mais c’est du tout-venant et ne vaut pas la peine d’être mentionné.

La fin du film est saisissante : Dent meurt, et parce que la ville a besoin qu’il ait été un héros visible, tous ses assassinats seront, à sa demande (quelle abnégation !), collés sur le dos… de Batman, qui, du coup, devient l’ennemi public numéro 1. En effet, la mission qu’il s’est assignée, c’est de faire ce qu’il faut, pas d’être un héros. Il devient ainsi un bouc émissaire, on démolit le fameux projecteur qui permettait à la ville de lui lancer un signal de détresse, et il doit désormais se cacher, car les chiens sont lancés sur lui. N’écrivez pas pour dire que ça finit en « queue de cheval » (sic), c’est juste pour amorcer la pompe qui  va produire un septième film. Quant au pauvre Batman et à sa vocation, aidez donc les gens, comme ils (ne) disent (pas) sur Allocine.

Choisis ton arme et flingue la fin du film

10 réactions à “Batman - The dark knight (2008)”

  1. val pense que:

    Véritable chef d’oeuvre esthétique, ce nouvel opus de la saga Batman est pour moi le meilleur, et de loin. La qualité du jeu des acteurs (immense Heath Ledger), ainsi que la mise en scène de C. Nolan conduisent ainsi à un sommet du genre. A voir !

  2. Kinopoivre pense que:

    C’est sans doute pourquoi la quasi-totalité de la critique dite « sérieuse » a descendu le film en flammes.

    La conception des deux films de Christopher Nolan est légèrement différente : Batman begins montrait Bruce Wayne voulant lutter contre le Mal pour aider les gens, The dark knight montre Bruce Wayne se sacrifiant pour cela. Esprit christique (histoire de faire un excellent jeu de mots) ?

  3. tomazed pense que:

    Moi j’ai adoré le jeu du joker… dommage que Leadger soi mort, il l’interpretait à merveille, voir mieux que jack nickolson oserais-je dire (mais ca remonte à loin.. à l’époque, c’était super)

    le sadisme du joker est a son paroxisme…. Ho, tu as oublié de spoiler le pourquoi du comment la copine de batman meurt!!!

    le joker à enlevé donc la copine de batman et le proc de gotham, en disant a batman, elle se trouve au point A, il se trouve au point B, mais tu n’aura le temps d’en sauver qu’un. Forcément, batman se précipite pour sauver sa belle (qui ironie du sort, ne l’aime plus.. hahah owned!) et quand il arrive, le batman lui a menti, c’est le procureur qui est au point A et la greluche se fait donc exploser (en plein milieu d’une phrase, c’est meilleur! :D )

  4. Kinopoivre pense que:

    D’accord pour Jack Nicholson, ce n’était pas sérieux, il cabotinait énormément, et n’émouvait à aucun moment. Mais l’esprit de Tim Burton, tout en sarcasmes, est très éloigné de celui de Christopher Nolan. Heath Ledger est très bon, et j’aime le petit mouvement fataliste qu’il a au moment où il fait sauter l’hôpital !

    Je ne suis pas entré dans les détails sur la mort de Sarah, parce que le film est très compliqué (au fait, c’est le Joker qui a menti, pas Batman), et qu’on ne peut pas tout raconter, ce serait interminable.

  5. Julien pense que:

    Suis allé le voir hier matin (une salle entière pour moi tout seul, le rêve !!!), et effectivement, plutôt chiant à fin-de-filmer…

  6. Kinopoivre pense que:

    Deux fois, je me suis trouvé seul dans une salle. Il est vrai que, l’une des deux fois, c’était pour un film de Marguerite Duras ! Le projectionniste (il faudrait tous les enduire de goudron et les plonger dans un tonneau de plumes) aurait voulu faire sauter la séance, mais j’ai insisté : c’est la loi. J’ai donc eu ma séance privée.

    The dark knight ne m’a pas semblé pénible à raconter, mais on est obligé de beaucoup simplifier, c’est très abondant en péripéties.

  7. Julien pense que:

    Oui, beaucoup de péripéties, c’est qu’est-ce que je voulais dire ;P Le film en lui-même est très correct, pas chiant.
    En la capitale, c’est sûrement plus dur de s’offrir une séance privée qu’à Bordeaux. Quand est-ce que tu y viens, d’ailleurs ?

  8. Kinopoivre pense que:

    The dark knight est très bon, aussi bien que le précédent, mais dans un esprit différent, puisque Batman est moins justicier que victime. Je l’ai vu quatre fois (le film, pas Batman lui-même), deux chez moi AVANT sa sortie, deux fois en salle, dont la dernière en numérique.

    Bordeaux, j’aime beaucoup. J’ai failli m’y installer. Dès que vous déplacez la gare pour la mettre au centre-ville, j’y ferai un tour.

  9. Julien pense que:

    T’es chié, la gare Saint-Jean est quand même proche du centre-ville !!! En 10min de bus ou 5 de tram, tu y es !!

  10. Kinopoivre pense que:

    Et à pied, une demi-heure.

Allez, lâche ta fine remarque